• Vincent Hürner

Sub Rosa - Part I

De nombreuses personnes me demandent souvent ce que représente notre logo et même si je pense qu’il appartient à chacun d’y trouver sa propre interprétation, tant à travers sa pratique qu’à travers ses réflexions personnelles, je vais m’essayer dans le présent article à une tentative d’explication. Je trouve cela à la fois important et utile d’en parler un petit peu pour une fois car ce logo symbolise pour moi aujourd’hui ce qu’est le Systema…


Tout a commencé en 1978…je plaisante (et j’arrête tout de suite)!


 C’était il y a une dizaine d’année, je me trouvais à un stage de Dan Inosanto (Jeet Kune Do) en Allemagne. Lors d’une longue et minutieuse explication du Monsieur en question, j’ai « décroché » et commencé à regarder la foule de gens autour de moi. Comme souvent, il y avait une grande majorité d’hommes d’âge divers mais tous grands, crânes rasés, relativement musclés et vêtus de T-shirts noirs arborant des symboles « communément reconnus par la croyance populaire comme étant » guerriers les plus divers (épées, bâtons, chevaliers, etc…). J’ai trouvé cette uniformisation spontanée de T-shirts noirs complètement ridicule jusqu’au moment où je me suis rendu compte que j’étais habillé également en noir, que j’avais le crâne rasé, etc… Riant intérieurement du ridicule de mon jugement prématuré, je me suis dit que si un jour, j’étais amener à choisir un logo pour une école d’arts martiaux qui me tiendrai à cœur, j’y mettrai des fleurs. Après tout, pourquoi pas ?





La rose Des années plus tard, j’ai été amené à faire ce choix pour le Systema et ce choix m’a amené à une rose pour différentes raisons. Tout d’abord parce que comme pour le Systema sous un nom très générique il y en a plein de variétés et de couleurs différentes. Chacune à ses particularités et un « parfum » différent. Chacune ses symboles même si, in fine, elles restent toutes « une rose ». La rose rouge symbolise la passion et l’amour et j’ai la croyance que la passion est une formidable force dans toute pratique quelle qu’elle soit et martiale très certainement. L’amour car même si le mot est abusé et galvaudé aujourd’hui, le Systema est une affaire de cœur et de son ouverture. Comme l’amour, le Systema dans son aspect martial peut générer création et destruction à la fois.

Au-delà de la couleur, sous des attraits séduisants et inoffensifs, la rose à des épines…qui font mals. Quiconque qui s’est un jour blessé en taillant des roses en conviendra ! Et pourtant ses armes sont discrètes, la rose n’a pas besoin d’afficher ses armes. Elle « est », tout simplement, et si on la brusque, elle blesse. Ce n’est pas la rose qui pique, ça pique (petit clin d’œil à Bruce Lee pour les afficionados). Du coup derrière cette notion de discrétion, la notion de secret n’est pas très loin non plus. Même si rien n’est secret dans le Systema, rien n’est montré non plus car ce que l’on voit avec les yeux n’est que l’enveloppe extérieure de la bête, sa carapace. Comme nous l’a dit un jour un prince (petit) : « On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » 

Une fois que l’on commence à travailler, on se rend compte effectivement que cela n’a rien à voir avec les informations que nos yeux nous transmettaient. D’où une première rupture avec une forme de réalité et une autre. Comme le dit volontiers Konstantin Komarov: « le Systema détruit notre monde d’illusions ». Ça au moins, c’est sûr !


Le Systema nous aide aussi à penser autrement (le fameux « think outside the box » des anglo-saxons), tant en développant nos sens que notre corps et notre esprit. Cela nous permet d’augmenter et d’affuter nos outils en cas de situations difficiles mais également d’augmenter l’intensité de notre expérience humaine…Bref, essayons de ne pas trop nous égarer non plus. Revenons à l’idée du secret. Les romains avaient coutumes de commencer certaines de leurs réunions en annonçant que « ce qui serait dit ici, le serait sous le signe de la rose », en d’autres mots sous le signe du secret. Il y avait d’ailleurs souvent une rose dessinée au plafond des salles où se tenaient ces réunions. Cela explique la dénomination en latin du terme, on a donc : « Sub Rosa - en latin, au sens propre  "sous la rose" et au sens figuré "entre amis" ou encore "sous le sceau de la confidence" ». Il y a une grande marge entre garder tout cacher et étaler toute sa vie au premier venu. Chacun est libre de tracer sa propre limite, le débat pourrait être sans fin ni fonds tant il y a d’arguments et de contre-arguments dans les deux cas.

Pour terminer ou continuer avec la rose c’est comme vous voulez, il y a souvent « trois » tant dans le langage (les expressions sont nombreuses) que dans les références religieuses et ésotériques, ne parle-t-on pas de Divine Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit…après tout, les femmes, elles, elles peuvent aller se faire foutre (ou venir au cours de Systema « spécial femme » qui commencera dans notre école des Pâquis à Genève dès la rentrée !). Quoi qu’il en soit, dans la symbolique, on voit souvent l’épée pour le physique/le corps, la plume pour l’esprit/le mental et la rose pour le cœur lui-même symbole de l’âme. J’ai la croyance que toute pratique gagne à être abordée sous les trois angles et que chaque travail doit prendre les trois aspects en considération sinon c’est passer à quelque chose d’essentiel. Et quand on parle d’essence-ciel, c’est l’âme, d’où la rose…cqfd. ...à suivre

Rue de Saint-Jean 36

1203 Genève, Suisse

​​

Tél : +41 76 471 70 47

contact@vincenthurner.com

  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon

© 2020 par Vincent Hürner